top of page

Poème du jour : "Au Poète", par J.H. Roy (1902)


"Idéal ! Idéal ! J'ai ton Éternité !"

Georg Achen




Au Poète

J.H. (Joseph-Hormidas) Roy, Voix étranges, 1902


Tu peines vainement dans ta vie inféconde,

Incessamment hanté par l'immense désir

D'atteindre à l'idéal impossible à saisir,

Qui te doit déceler des trésors de Golconde.


Dans cette grande lutte à nulle autre seconde,

Où jamais ne s'éteint l'espoir de réussir,

Rude sapeur ! tu vas fatalement grossir

Le nombre des vaincus de la vie inféconde.


Qu'importe ! sans faiblir, j'irai jusqu'aux confins

Oh, profonde d'oubli, la grande nuit muette

Voilera le tombeau de mes rêves défunts.


Moi qu'aura ballotté l'ironique tempête,

J'irai jusqu'aux confins de ma crédulité. . . .

Idéal ! Idéal ! J'ai ton Éternité !

Kommentare


PayPal ButtonPayPal Button
bottom of page