top of page

Poème du jour : "Psychologie", Iwan Gilkin


"Je suis un médecin qui dissèque les âmes..."


Léon Spilliaert, Autoportrait au miroir (1908)



Psychologie

Iwan Gilkin, La Nuit, 1897 À Camille Lemonnier.


Je suis un médecin qui dissèque les âmes,

Penchant mon front fiévreux sur les corruptions,

Les vices, les péchés et les perversions

De l’instinct primitif en appétits infâmes.


Sur le marbre, le ventre ouvert, hommes et femmes

Étalent salement dans leurs contorsions

Les ulcères cachés des noires passions.

J’ai palpé les secrets douloureux des grands drames.


Puis, les deux bras encor teints d’un sang scrofuleux,

Poète, j’ai noté dans mes vers scrupuleux

Ce que mes yeux aigus ont vu dans ces ténèbres.


Et s’il manque un sujet au couteau disséqueur,

Je m’étends à mon tour sur les dalles funèbres

Et j’enfonce en criant le scalpel dans mon cœur.

Comments


PayPal ButtonPayPal Button
bottom of page