top of page

Poème du jour : Gérard d'Houville (Marie de Régnier), "Le cimetière des poètes"

Dernière mise à jour : 7 août 2023

"Ils sont tous là, sages ou fous, Amants des mots et des images, Ils sont tous là, les fous, les sages, Les poètes ardents et doux."

Marie de Régnier



Le Cimetière des Poètes

Gérard d'Houville (Marie de Régnier), Les Poésies de Gérard d'Houville, 1930


Dans Brousse la Sainte, parmi L’orge d’argent et ses aigrettes, Le cimetière des poètes Par ses pavots semble endormi. Sous leurs pierres enturbannées Sont à jamais silencieux Les poètes jeunes ou vieux Morts pleins de force ou lourds d’années. Ceux qui célébrèrent la mort Et ceux qui chantèrent la vie Ont tous la main sèche et roidie Quand leurs strophes vivent encor, Car, ayant déployé leurs ailes Hors des plumes ou des pinceaux, Elles planent sur les tombeaux Mieux que les noires hirondelles. Ils sont tous là, sages ou fous, Amants des mots et des images, Ils sont tous là, les fous, les sages, Les poètes ardents et doux.

Ils sont là, les dormeurs moroses, Qui toujours furent paresseux, Mais qui, vivants, fermaient les yeux Pour mieux sentir l’odeur des roses. Ils sont là sans leur narghilé, Sans café qui passe à la ronde… Le grand oubli, maître du monde, Leur a pris le désir ailé. Ils n’ont ni rêves, ni chimères, Regrets ou remords superflus, Ils ignorent qu’ils ne sont plus Même des êtres éphémères. Et ce bienfait tant souhaité, Ce silence enfin, ce silence Où lourd et sombre se balance Un pavot pourpre et velouté, Ce silence sans intermède Qui pour leurs ombres et leurs os Déroule un tapis de repos, Aucun ne sait qu’il le possède. … Mais toujours, un souffle immortel Anime les pierres disjointes, Et les cyprès, taillés en pointes, Écrivent des vers sur le ciel.


--


D'autres poèmes à découvrir sur Anthologia :


Коментарі


PayPal ButtonPayPal Button
bottom of page